Boutique balt.e

le guide 2022

pour consommer responsable
en toute transparence

Consommer responsable, ce n’est pas toujours une mince affaire ! Entre les labels qui se multiplient, les marques qui se disent de plus en plus « éco-responsable » : il y a de quoi avoir le tournis. Et parfois, cela nous empêche même de passer à l’action (et ça, c’est vraiment dommage).

Alors pour vous aider à y voir plus clair même sans lunettes, et vous accompagner vers une consommation plus responsable et raisonnée, nous vous proposons un guide réalisé par nos soins avec amour et conviction. Avec lui, les étiquettes n’auront plus de secrets pour vous et vous saurez vite repérer vos vrais alliés pour consommer en pleine conscience ! #easy

→ Temps de lecture : 15 minutes

Non exhaustif et surtout évolutif, ce guide a pour vocation de grandir avec vous :
ensemble on est plus fort !

Alors, n’hésitez pas à nous faire part de vos bonnes pratiques ou de vos interrogations sur un sujet précis ou juste sur une thématique. Nous nous ferons un plaisir d’intégrer vos remarques.

Autre point très important : ce guide a été pensé avant tout pour vous accompagner ! Loin de nous l’idée de vous imposer une façon de voir ou de faire les choses ! On vous l’a déjà dit, il n’y a pas de petits gestes et surtout pas de solutions parfaites. Alors on ne culpabilise pas, et on commence simplement par appréhender les idées clés qui nous semblent les plus faciles à adopter pour se lancer (ou se perfectionner) dans la consommation responsable. #mêmepaspeur

Sommaire de l'article

Consommer responsable : Pourquoi ? Ça veut dire quoi ?

Et si on commençait par le début ? Le terme de consommation responsable est tellement utilisé pour tout, tout le temps, qu’il est nécessaire de se reposer dessus pour en redéfinir les objectifs et priorités.   Alors on reprend les basiques et on fait un petit point rapide avec 3 questions clés : Quoi ? Pourquoi ? Comment ? #backtotheroots

Consommer responsable c'est quoi ?

C’est un fait, chaque produit a un impact sur l’environnement. Même le plus bio des bio. Eh oui, "produire c'est polluer" !

Il n’empêche que certaines méthodes de fabrication permettent de limiter considérablement l'impact d'un produit et ça, c’est le rôle des fabricants, industriels, constructeurs, ou encore producteurs. Mais pas que ! Nous avons nous aussi un rôle à jouer en tant que consom’acteur ! En utilisant cette force, en osant dire non à certains produits que nous jugeons trop néfastes pour nous comme pour la planète, nous pouvons faire bouger les choses.

Consommer responsable c’est donc accepter de consommer… mais pas n’importe quoi, pas n’importe quand et pas à n'importe quel prix ! 

Pourquoi changer ses habitudes de consommation ?

Et surtout, comment je m'y prends ?

Attention Spoiler Alert : les deux meilleurs conseils de cet article se trouvent ici 😉 ! Consommer responsable, avant même d’entrer dans l’acte d’achat, c’est avant tout :

1. Se poser les BONNES questions
2. Prendre le TEMPS

Il va donc falloir peut-être parfois se faire un peu violence pour ne pas céder à l’impulsivité mais, n’oublions pas que c’est pour la bonne cause ! #cavabiensepasser

Bien évaluer ses besoins avant d'acheter

Question n°1 : Est-ce que j’en ai réellement besoin ?

Avant tout achat (évidemment c’est moins vrai pour l’alimentaire), la question primordiale à se poser est : Est-ce que j’ai vraiment besoin de ce petit pull, de ce joli vase, de cette nouvelle montre ? Est-ce que je ne vais pas me faire plaisir, là, maintenant, tout de suite, et l’oublier dans 2 jours ? Parce que avouons-le, ça nous est tous déjà arrivé : on se détend, on est juste des êtres humains ;-).

On ne vous dit pas qu’il faut devenir minimaliste et ne plus rien posséder, mais plutôt de s’assurer que l’article qui nous fait de l’œil est un achat réellement utile et donc intelligent. Car le pire fléau de la surconsommation est sûrement là : acheter pour ne pas utiliser. Autrement dit : dépenser de l’argent… pour rien ! #portemonnaietroué

Certains diront « Oui mais au pire je le revendrai sur Vinted en plus c’est nickel l’étiquette est intacte, un point en plus ! ». Bien sûr, quitte à avoir un article oublié dans son armoire, autant le revendre. Mais, si on réfléchit deux minutes, on peut vite se rendre compte qu’acheter pour revendre moins cher, ce n’est pas vraiment ce qu’on appelle un achat gagnant.

Les petits tips :

Méthode-BISOU

Question(s) n°2 : À quelle fréquence cet article va-t-il me servir ? Combien de temps va-t-il durer ?

Si à cette première question la réponse est “je vais m’en servir tous les jours !”, c’est génial ! Il a donc une vraie utilité… à condition d’y associer la qualité. Car s’il s’use rapidement, l’investissement n’aura pas été très rentable d’autant plus qu’il faudra le remplacer.

“Moins mais mieux” cela veut simplement dire acheter de meilleure qualité, pour remplacer moins souvent. En visant la qualité, c’est sûr, le prix augmente. Mais si on conserve notre article 3 fois, 5 fois, 10 fois plus longtemps, finalement il nous revient moins cher qu’un article que l’on achète neuf tous les ans. #CQFD

Et évidemment, quand on achète moins, on jette moins. C’est aussi ça la consommation éco-responsable.

LES PETITS TIPS :​

Question n°3 : Euh, avant de foncer, est-ce que je ne peux pas l’acheter d’occasion cet objet ?

Ahhh l’attrait du neuf et de la nouveauté ! On sait tous ce que ça fait et pourtant, là encore il nous faut changer nos habitudes. Donner une seconde ou même une troisième vie à certains produits c’est aussi agir pour l’environnement. D’abord parce que cet article que l’on achète d’occasion ne finira pas à la poubelle. Ensuite parce qu’on évite de consommer un nouvel article avec la boîte, le plastique, la notice, l’étiquette… et toutes ces petites choses « offertes » avec un produit neuf. #reflexeoccaz

Gros avantage de l’occasion : le prix ! Forcément une seconde main sera toujours moins chère que du neuf (sauf pour les articles collector of course). Et promis, il apportera la même satisfaction. Pour en être convaincu, pensez à ce super vêtement que vous avez trouvé neuf pendant les soldes et à la satisfaction de l’avoir payé au rabais. Dites-vous qu’avec les achats d’occasion, cette satisfaction sera décuplée ! #paroledeconnaisseuses

LES PETITS TIPS :​

Je commence par où ? C’est quoi ma check list ?

Maintenant que nous avons vu la théorie, place à la pratique ! Parce que les belles idées sur l’éco-responsabilité c’est bien beau et plein de sagesse, mais c’est encore mieux quand on sait comment les mettre en œuvre concrètement. 

Alors, place à la check list pratico-pratique avec 7 points clés pour consommer sans se tromper !

Consommer local pour réduire son impact carbone

point clé n°1

C’est un fait indéniable : un produit qui ne fait pas 3 fois le tour de la planète avant d’arriver chez nous, c’est forcément mieux pour l’environnement ! Car plus le trajet est court entre le lieu de fabrication et le lieu de consommation, plus les émissions de gaz à effet de serre sont faibles. #CQFD.

C’est quoi les gaz à effet de serre ?

En partant de ce postulat, il est donc assez logique de se dire qu’une  fabrication ou production locale est le premier geste à adopter ! #simplebasique

Consommer local, c’est aussi soutenir l’économie régionale, une certaine vision du monde du travail (les normes de travail ne sont pas les mêmes en France et en Espagne par exemple) et l’emploi local. En gros, on se serre les coudes entre “voisins” ! Encore plus lorsque l’on a traversé une crise sanitaire comme celle du Covid-19. Le contexte étant déjà assez lourd pour tout le monde, se tourner vers des commerces de proximité permet de renouer du lien social et d’adopter de nouvelles habitudes de consommation. Et puis c’est aussi une belle façon de les soutenir à notre façon pour les aider à y faire face !

Acheter Français, c’est également soutenir le savoir-faire et l’artisanat de notre pays. Certains métiers ont déjà perdu tous leurs artisans suite à la délocalisation des usines à l’étranger mais d’autres sont toujours là et il est important de les défendre ! Avouons que Dentelle de Pékin sonne beaucoup moins bien que Dentelle de Calais ;-). 

Alors, si vous voyez un label Origine France Garantie ou un Label régional appliqué sur un produit, vérifiez-en la qualité bien sûr, mais dites-vous qu’en le choisissant vous faites bien plus qu’un acte simple acte d’achat : vous agissez en tant que consom’acteur !

Chercher la transparence

point clé n°2

Deuxième point important : avant d’acheter on se renseigne. Surtout si l’entreprise ou l’enseigne dont vous convoitez un article vous est inconnue. Déjà pour éviter les arnaques #onestjamaistropvigilant, mais également pour vous assurer des engagements et mesures réelles mis en place pour une production respectueuse de l’homme et de l’environnement. 

Posez-vous certaines questions : Où l’article est-il produit ? Comment ? Par qui et dans quelles conditions ? Quelles matières premières sont utilisées ? Sont-elles écologiques (Oekotex, PEFC, NF environnement) ? Quelle est la politique sociétale et environnementale de l’entreprise ? 

Alors oui, dit comme ça vous devez vous dire « Quoi ? Mais enfin je veux juste acheter une râpe à fromage pas écrire une page wikipédia ! ». 

C’est sûr, ça peut faire peur, mais on peut vous assurer que les entreprises qui sont engagées dans l’éco responsabilité rendent leurs actions très visibles. Vous n’aurez donc aucun mal à trouver les renseignements nécessaires en quelques clics seulement. #promisjuré. 

Surtout que la plupart d’entre elles sont très présentes et actives sur les Réseaux Sociaux ce qui nous permet à nous, consom’acteurs, d’accéder facilement à une foule d’informations précieuses et utiles. 

Résultat : si vous ne trouvez pas d’informations, si l’entreprise ne communique pas sur ses actions responsables ou sur un engagement local ou Made in France, il y a de fortes chances qu’elle n’en ait pas ! #byebye

Par contre si vous n’avez aucun doute sur la provenance et le mode de fabrication de votre article (et que vous en avez vraiment besoin bien sûr !) foncez ! Vous prendrez encore plus de plaisir à recevoir et/ou à offrir un produit dont vous connaissez l’histoire et qui respecte vos valeurs. 

Décrypter les labels de confiance

point clé n°4

Si tous les labels ne se valent pas, certains sont pourtant gages de sécurité. Alors, encore une fois, on ne se fie pas à la simple information apposée sur les étiquettes et on apprend à reconnaître les labels auxquels on peut faire confiance les yeux fermés. 

Heureusement, même s’il faut toujours être méfiant, il y a de plus en plus d’acteurs sur le marché qui s’engagent à vous proposer des articles conformes aux valeurs environnementales et sociétales… comme balt.e par exemple 😉 !

L’avantage avec ces acteurs impliqués et impliquants c’est qu’ils dénichent pour vous les bons produits à acheter et/ou consommer en toute confiance. 

Pour vous aider à décrypter les différents labels, voici une infographie claire et précise pour démêler le vrai du faux et acheter en toute transparence !

Prendre soin de ses objets et les réparer

point clé n°5

Prendre soin de ses objets, vêtements, outillages, meubles… c’est leur assurer une meilleure longévité. On respecte donc les instructions de lavage ou d’entretien pour les conserver en bon état, et donc les utiliser, le plus longtemps possible !

Autre point clé : la réparation. Là aussi, nos grands-mères avaient tout compris puisqu’avant de jeter les chaussettes de papi ou de les transformer en chiffon, elles les raccommodaient. Aujourd’hui cette astuce est un peu démodée et pourtant elle est primordiale ! 

Car non, un objet abîmé, un vêtement troué ou un appareil en panne ne doit pas systématiquement finir à la poubelle. “Oui mais moi je n’y connais rien en bricolage/raccommodage !”. Et là nous vous répondons : nous non plus 😉 !

Mais heureusement, nous ne sommes pas seuls sur terre #oniraitpasloin et d’autres personnes autour de nous peuvent nous aider…

LES PETITS TIPS :​

Un petit dernier pour la route : on pense aussi à utiliser ses articles jusqu’au bout… mais également ses aliments ! En gros dès qu’on s’apprête à jeter quelque chose, mêmes les fanes de poireaux, on se pose d’abord la question : Est-ce que je peux encore m’en servir ? Pour ce qui est des fanes de poireaux, la réponse est toute trouvée : Oui ! En bouillon ou en soupe, ils seront toujours plus utiles qu’au fond de la poubelle. #miam

Trier pour mieux recycler

point clé n°6

Réparer ou transformer un objet, c’est toujours mieux que de le jeter. Cela permet d’éviter d’acheter un produit neuf… et de lui donner une seconde vie !

Bien sûr, ce n’est pas toujours possible. Certains objets sont parfois vraiment bons à jeter mais, ce n’est pas pour autant qu’on doit relâcher nos efforts ! #warrior

Opter pour des articles recyclables et ou compostables, c’est contribuer au renouvellement des ressources. A condition de bien trier vos déchets bien sûr.

Le choix de la bonne poubelle peut s’avérer plus compliqué quand il s’agit de vêtements, de pots de peinture, d’une ampoule ou encore d’un vieux fauteuil.

C’est pourquoi l’ADEME (encore elle !) a créé une plateforme dédiée à la gestion des déchets pour vous permettre de faire le tri en toute simplicité et de déposer vos objets usagés au bon endroit ! Encore une belle initiative à découvrir ici.

Autre outil ultra pratique à garder dans la poche, l’application Citéo qui vous accompagne en toute simplicité dans le tri de vos déchets. Parce que oui, soyons honnêtes, nous nous sommes tous déjà posés la question de où jeter ce paquet de gâteaux composé de carton ET de plastique ! #casse-tête

Et on ne peut s’éviter une petite précision...

Évidemment, si vos objets, vêtements, meubles sont encore en état de servir mais que vous n’en voulez plus, la meilleure chose à faire avant de jeter c’est de les donner à une association, un voisin, un ami ou de les vendre via une plateforme de seconde main comme Vinted pour ne citer qu’elle.

Eviter les gros pièges du Greenwashing

point clé n°7

Commençons par le commencement : le greenwashing, c’est quoi ?

Il s’agit d’une  méthode de marketing consistant à communiquer auprès des consommateurs en utilisant l’argument écologique. Son but est de donner une image éco-responsable bien souvent très éloignée de la réalité ! Considérée par certains comme de la publicité mensongère, il est important de démystifier cette pratique pour ne plus se faire avoir. #tropcesttrop

Maintenant que le problème est posé, la question est : Comment repérer une marque qui utilise cette pratique ? 

C’est là que ça se complique… S’il n’est pas toujours évident de démêler le vrai du faux, c’est parce que les enseignes jouent avec les mots et les images en lien avec nos émotions et sentiments. Il faut donc être vigilant et ne pas croire tout ce qu’on nous dit #onestpasdesmoutons

Quelques exemples concrets :

On se renseigne, on pose des questions, on cherche et surtout… on ne tombe pas dans les GROS pièces tendus par certaines enseignes 😉 !

On s'entoure d'applications et de sites spécialisés

point clé n°8

Comme pour tout, on est plus fort bien entouré ! Et là encore, de nombreuses aides sont disponibles pour nous permettre de consommer sans se tromper. C’est le cas de ces quelques applications et sites suivants qui vous aideront à y voir plus clair :

Ce guide touche à sa fin et nous espérons qu’il vous sera utile ! Nous vous rappelons qu’il a pour vocation de vivre et grandir avec vous ! Alors n’hésitez pas à nous faire des suggestions ou remarques en nous écrivant à : bonjour@boutique-balte.com

Si vous avez des questions, nous y répondrons bien sûr avec plaisir 🙂

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ENTREZ

everything's where you left it.